Lectures automnales : ma sélection pour le #pumpkinautumnchallenge2021

Le Pumpkin autumn challenge est, plus qu’un challenge au sens compétitif du terme, un évènement autour de la lecture (et pas seulement) créé par la blogueuse Guimause Terrier. Vous pouvez retrouver toutes les explications sur l’édition 2021 dans son article Pumpkin Autumn Challenge 2021 : le Grenier des mystères. Le principe est le suivant : du 1er septembre au 30 novembre, nous sommes invité·es à sélectionner des lectures mais aussi des films, des séries, et à présent des jeux vidéos correspondant à différents univers de l’automne. Pour cela, différentes catégories et sous-catégories sont proposées, pour lesquelles on peut sélectionner une ou plusieurs lectures de notre choix. Le fonctionnement laisse beaucoup de souplesse : on peut choisir une seule catégorie et lire seulement deux livres au sein de celle-ci, on peut choisir de sélectionner un livre par grande catégorie et d’en lire 4… Bref on peut lire 2 livres comme on peut en lire 12, voire plus. Il n’y a donc aucune pression, le but est de se motiver ensemble. Et bien sûr, nombre de lectrices essaient, comme moi, d’y faire rentrer astucieusement des livres déjà présents dans notre pile à lire.


J’ai initialement publié cet article sur Instagram il y a quelques jours, et à ce moment-là, il s’était déjà écoulé environ deux semaines depuis le moment où j’avais fait ma sélection. Résultat, ce n’est plus vraiment une pile à lire puisque j’en ai déjà lu deux sur les quatre, et que les deux autres sont bien entamés ! Je ferai probablement des posts individuels pour certains d’entre eux. Ensuite, il ne me restera plus qu’à effectuer une sélection complémentaire histoire de corser un peu les choses ! Voilà donc ma sélection, qui correspond à l’option « Une faim de loup », c’est-à-dire au choix d’une sous-catégorie par menu thématique.


✨ Menu : Automne Enchanteur ✨Nom d’une Dune ✨

Les livres de la terre fracturée, tome 2 – La porte de cristal (NK Jemisin)

Je n’ai pas eu longtemps à réfléchir, je poursuis en ce moment ma lecture des Livres de la Terre fracturée de Nora Keita Jemisin et j’ai dépassé la moitié du tome 2. Je suis vraiment emportée par l’univers, les personnages, mais aussi par l’écriture que je trouve assez originale. C’est assez remarquable qu’un univers hostile et violent comme celui qui est dépeint m’ait convaincue à ce point, car j’ai de plus en plus tendance à rechigner sur la violence omniprésente dans les œuvres que je lis. Dans ce récit, il y a des destins tragiques et des situations déchirantes ; il y a aussi des relations complexes mais avec leur part de beauté, et un peu de lumière même lorsque le mot espoir n’a plus vraiment de sens. Attention cependant c’est vraiment une lecture dure dans les thématiques [TW et semi-spoiler dans la phrase suivante] : violences physiques, maltraitance. Si vous ne supportez pas les récits de violence impliquant des enfants, passez votre chemin ou prenez le temps de la réflexion avant de vous plonger dedans. Sinon ce serait un peu comme ouvrir Beloved sans être prévenu·e de la thématique, ça peut drôlement secouer.

Au stade où j’en suis, de nouveaux éléments de l’intrigue se déploient et l’aspect science-fiction s’affirme davantage. C’est parfois un peu perturbant, je me demande où l’autrice va nous emmener et quelle est la nature exacte des forces qui s’affrontent… Le rythme est aussi un peu différent du tome 1, il se « passe » moins de choses pour la protagoniste principale qui reste essentiellement dans un même lieu, où elle apprendcependant beaucoup (et nous avec). En revanche un autre personnage – sa fille – prend de l’importance, et je suis extrêmement curieuse de la suite. Je pense que de très nombreuses chroniques de cette œuvre ont été faites donc je vous invite à vous pencher dessus. En termes de représentations, d’écriture des personnages, de description des relations… C’est une lecture qui fait beaucoup de bien malgré la violence de l’univers. Difficile de lire à nouveau de la SF ou de la Fantasy stéréotypée écrite par des mecs après ça (j’avais d’ailleurs quasi totalement arrêté la fantasy, avant de suivre des comptes instagram et blogs comme Planète diversité, qui vient d’ailleurs de chroniquer un livre plus ancien de NK Jemisin).


🎃 Automne Frissonnant 🎃 Double, double, toil and trouble 🎃

Les Enchanteresses, Livre I – Le grimoire volé (Sophie Gliocas)

C’est à la réception de ce livre de Sophie @gliocas_ que je me suis dit : mais attends, est-ce que tu ne serais pas parée pour le #pumpkinautumnchallenge là ?! Tous les ingrédients qu’on aime sont réunis : des héroïnes confrontées au sexisme et à la violence au sein de leur lycée, la construction d’une solidarité puis d’une amitié, des pouvoirs magiques, la Bretagne et une ambiance Halloweenesque à souhait… En somme, l’évasion garantie et une certaine nostalgie (teintée de soulagement sur certains aspects) de la période lycée. Je l’ai lu d’une traite. L’ambiance des journées de cours, des rivalités, des gros abrutis de mecs qui font chier le monde, on s’y replonge sans peine. Cette atmosphère rappellera sans doute davantage de souvenirs aux personnes qui ont passé leurs années lycée dans des petites villes voire des villages, mais sans être dans ce cas, j’ai trouvé la peinture de cette période très crédible. Par contre je ne crois pas avoir fait d’aussi grosses fêtes à ce moment-là, soit j’ai raté quelque chose, soit je n’étais pas invitée… Mais je pense que là aussi, certain·es s’y retrouveront !

L’intrigue permet d’aborder des questions comme celle du harcèlement ou encore du revenge porn, qui malheureusement peuvent aussi faire partie des souvenirs pour un certain nombre de personnes. Là encore, j’ai trouvé ça très juste. Récemment, Sophie confiait que la première version du livre était beaucoup plus dure et violente, et qu’elle avait finalement atténué certains aspects pour toucher un lectorat plus large (c’est une lecture qu’on peut recommander je pense à partir de 13 ans, disons sur la seconde moitié du collège, et sans hésitation pour des lycéen·es). C’est donc une référence à garder sous le coude : à mettre sous le sapin de Noël des ado de votre entourage et à faire acheter aux CDI et bibliothèques, définitivement.


🍂 Automne Douceur de vivre 🍂 Il suffit de se souvenir de rallumer la lumière 🍂

Anne de Redmond (Lucy Maud Montgomery)

J’ai dévoré le troisième tome des aventures d’Anne Shirley (alias Anne with an E, alias Anne de Green Gables) avec le même plaisir que les précédents. La qualité de l’édition chez Monsieur Toussaint Louverture ne gâche rien. Anne y débute des études à l’université de Redmond – inspirée de Dalhousie University à Halifax – et ne revient que plus rarement à Avonlea. On découvre donc de nouveaux personnages, et un brin de romance au passage. Cette lecture confirme que ce que je préfère chez Lucy Maud Montgomery, c’est la façon dont elle construit des personnages féminins d’âge et de caractères divers, et en particulier des femmes d’âge mur ou âgées. En insistant sur leurs caractères, leur jeunesse d’esprit (ou pas, mais c’est le cas de plusieurs personnages), leur beauté aussi. Ce n’est pas si souvent qu’on a des descriptions de femmes âgées qui mettent l’accent sur la beauté physique je trouve. L’atmosphère douce et réconfortante est toujours bien présente, sans que ce soit jamais mièvre : le récit ne fait d’ailleurs pas l’impasse sur les drames et les deuils, le lectorat d’aujourd’hui prend conscience au passage de la fragilité de la santé et des limites de la médecine au Canada à cette époque. Cependant cela n’alourdit pas l’histoire, c’est simplement là, le chagrin fait partie de la vie qui y est dépeinte, et un personnage comme Anne n’en est que plus déterminé à tirer le meilleur de la vie tant qu’elle est là.

Pour les personnes qui ont vu la série Anne with an e, il ne faudra en revanche pas s’attendre à retrouver dans les livres les thématiques LGBTQ et antiracistes. Ce sont vraiment des ajouts de la série, d’ailleurs bien réalisés de mon point de vue dans la mesure où l’esprit de l’œuvre est respecté et que ces ajouts construisent largement sur des personnages et des relations déjà présentes dans la série. Mais les aventures d’Anne restent écrites par une femme blanche au Canada au tout début du XXe siècle. S’il y a clairement une dimension féministe pour l’époque (la médiocrité des hommes est régulièrement soulignée et la part belle est faite aux personnages féminins), elle reste mesurée et l’œuvre est par ailleurs imprégnée de christianisme bien que l’autrice sache aussi tourner un certain nombre de choses en dérision et montre des femmes qui se débrouillent seules… bien que globalement tout le monde finisse par se marier. J’imagine que la série n’aurait pas été publiée sans jouer sur cette limite ceci dit. Quant aux relations avec les populations autochtones qui sont évoquées dans la série, pour l’instant, si mes souvenirs sont bons, quasiment aucune mention en trois tomes hormis une phrase dans ce dernier livre, évoquant Kingsport/Halifax : « A l’époque où les Indiens s’assuraient que la vie des colons ne soit pas monotone, elle n’avait été qu’un simple poste-frontière, en bordure de contrées sauvages. »


🥾 Automne des Mystères 🥾 Cabinet de curiosités 🥾

La catégorie Cabinet de curiosités, dans le menu Automne des mystères de cette édition 2021 du challenge, nous invite à sélectionner des ouvrages autour des arts, des sciences, des musées et des choses étranges… Justement, ces derniers temps j’avais envie de me procurer de petits guides naturalistes, mais adaptés à mon usage : je risque de ne pas tirer parti de guides très détaillés sur le plan scientifique. Des ouvrages plus synthétiques et polyvalents pour les curieux·ses profanes comme moi, voilà ce qu’il me faut.

J’ai donc craqué pour ce petit Guide nature édité par la revue Salamandre. J’avais pu feuilleter quelques pages sur le site, mais les illustrations sont encore plus nombreuses que je le pensais, avec pas mal d’aquarelles, vraiment tout pour me plaire. Côté contenu, c’est un petit condensé d’explications sur la nature en montagne (faune, flore, ciel, géologie etc), idéal à glisser au fond de son sac en balade. J’ai commencé à le feuilleter par petits bouts le soir avant de me coucher. Parfois, ça fait du bien d’ouvrir des livres qui font moins mouliner l’esprit que les fictions prenantes (si je lis trop longtemps les Livres de la terre fracturée, mon cerveau devient fébrile). Et ça m’a donné envie de m’abonner à la revue !


Vous participez au Pumpkin autumn challenge cette année (il y a encore le temps !) ? Qu’est-ce qui vous attend dans vos piles à lire ou bien rangé sur vos étagères ?

3 réflexions sur “Lectures automnales : ma sélection pour le #pumpkinautumnchallenge2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.